Où sont fabriqués les vélos Moustache ?

Tout savoir sur les vélos Moustache…

Un retour aux sources ? C’est le credo des créateurs de cette marque de vélos à assistance électrique. Alors que la plupart des VAE sont assemblés en Asie, notamment à Taïwan et en Chine, eux ont choisi de jeter l’ancre dans la région qui les a vus grandir. Pour la création, mais également pour le développement de l’entreprise Moustache. 

  • Une implantation locale

En quelques années, le vélo électrique Moustache occasion ou neuf est devenue un objet iconique chez les passionnés de deux roues. La société Moustache compte aujourd’hui plus d’une centaine d’employés, sur le site de Capavenir Vosges, au cœur de l’Alsace verdoyante. L’intérêt à « produire français » est double. :

  • Miser sur une implantation locale car elle est plébiscitée par les consommateurs.
  • Bénéficier d’un environnement naturel très favorable pour… tester les vélos qui y sont conçus. Il suffit aux concepteurs Moustache de quelques coups de pédale pour se retrouver en pleine nature, dans la forêt vosgienne.
  • Un pari précoce

Le démarrage de l’entreprise résonne un peu comme un pari fou. En 2010, les VAE en sont à leurs balbutiements. Mais les fondateurs de Moustache, Emmanuel Antonot et Gregory Sand, ont le pressentiment que l’avenir est à l’électrique… Et au vélo Français. La suite leur donnera raison. Leur stratégie est axée sur trois points. Ils se positionnent sur un créneau haut de gamme, en établissant un partenariat avec la marque Bosch pour ses batteries électriques. Ils décident de proposer de très nombreux modèles, pouvant satisfaire tous les publics : Urbains, sportifs, montagnards, ruraux… Et bien sûr, ils développent leur enseigne en métropole, dans leur propre région.

La croissance exponentielle de la marque prouve que ce positionnement est le bon, à une époque où la concurrence est encore peu développée. Ce flair aiguisé du marketing et de la recherche/développement dans un secteur embryonnaire donne à l’entreprise un temps d’avance. Car de nos jours, de nombreuses entreprises se sont lancées sur ce créneau porteur des VAE, avec des fortunes diverses. Se plaçant résolument comme un « pure player » de l’électrique, Moustache revendique de proposer à chaque cycliste le vélo dont il a besoin. C’est ce qui explique le nombre impressionnant de références dans son catalogue.

  • Les nouveaux horizons de Moustache

Quel est l’avenir pour une PME de ce type, qui conçoit et construit des VAE ? C’est probablement d’être en mesure de proposer des projets innovants, et de maintenir une différence, qui lui permet de s’identifier auprès des consommateurs. Au démarrage, il s’agissait bien de « laisser la voiture au garage » et de privilégier la bicyclette. Aujourd’hui, il est de répondre à la demande et au besoin de tous les publics. Pour des cyclistes avides de sensations fortes et de relief incliné, par exemple, la marque a proposé au designer Philippe Starck de concevoir une gamme de VTT. Et les accessoires qui vont avec. Le tout en édition limitée. Avis aux amateurs.

Moustache, c’est également, au-delà de leur base vosgienne, un maillage du territoire : Toutes les régions abritent des revendeurs. Ce qui permet à la marque d’être présente partout, du Nord au Sud, et de l’Est à l’Ouest pour distribuer des modèles neufs mais également du vélo reconditionné. Par ailleurs, pour accroitre sa visibilité auprès des compétiteurs, Moustache est présent sur les courses de VTTAE, et le sacre du Français Jérôme Gilloux au championnat du monde 2021 à Val di Sole en Italie prouve, à nouveau, que la stratégie sportive de la marque est la bonne. 

  • Continuer le rêve

Quels seront, finalement, les futurs défis de la pépite vosgienne dans les années à venir ? Avec un chiffre d’affaires annuel de 100 millions d’euros, un développement à l’étranger qui représente aujourd’hui 40% de ventes et un prix moyen de 3 800 euros par vélo, on pourrait imaginer que Moustache se repose sur ses lauriers. Eh bien non ! Le fabricant de VAE continue d’embaucher, d’agrandir sa surface pour assembler ses vélos et s’apprête à terminer l’implantation d’une nouvelle unité logistique. Toujours dans les Vosges… 

Facebook Twitter Linkedin Mail
Partagez cet article sur les réseaux sociaux !
Publicités

Vous aimerez aussi...